Fabrication additive pour le secteur de la défense

Par ses promesses de réduction des coûts et des délais tout en améliorant la performance des produits et des supply chains, à l’instar des industries de l’aéronautique et de l’automobile, l’armée a recours à la fabrication additive depuis maintenant plusieurs années. Que ce soit pour fabriquer ou réparer des équipements, l’impression 3D se révèle, à de nombreuses reprises, être une méthode de production adéquate pour les forces militaires.

La technologie additive offre aujourd’hui des moyens plus efficaces pour produire des pièces détachées à la demande, améliorant alors les délais de fabrication et les flux d’approvisionnement.

Pour le moment, les applications les plus répandues dans le secteur militaire sont le prototypage, la fabrication de pièces et d’outillage, sans oublier les investissements en R&D.

Développer un processus de production plus agile et sûr

En opérations extérieures, la capacité à durer des équipements, ou leur autonomie de manière plus générale, sont des propriétés et des qualités particulièrement recherchées par les forces pour l’engagement opérationnel ou le stationnement. Plusieurs axes de reflexion s’inscrivent dans cette direction, comme l’allègement des flux logistiques, sources de vulnérabilité, pour restreindre l’exposition des hommes à des menaces, tout en renforçant l’autonomie des forces mises en place.

Comment l’impression 3D permet-elle de préserver le maintien en condition opérationnelle des matériels à un niveau suffisant pour assurer la continuité des opérations et des missions essentielles ? 

Pour le soutien opérationnel aux unités déployées, l’armée dépend de deux capacités majeures : la réparation et l’approvisionnement en pièces de rechange. Pour ces deux moyens, l’impression 3D représente un intérêt important permettant de gagner en autonomie et surtout en réactivité.

Le recours à la fabrication additive vise à renforcer et à accélérer les capacités de réparation et d’approvisionnement jusqu’aux échelons de soutien tactiques. À ce jour, les applications potentielles sont nombreuses et en voici quelques-unes. Tout d’abord, restaurer la capacité d’usage d’un véhicule, grâce à la production de pièces en mini-série au plus près du besoin tactique. Puis réduire les flux logistiques liés aux stocks d’approvisionnement, notamment durant une opération. Il est même possible de pallier une éventuelle rupture de stock ou une importante consommation de pièces de rechange, par exemple, en cas d’intense engagement militaire. Autre atout important, la fabrication additive permet aussi de produire des pièces qui ne seraient plus fabriquées pour diverses raisons : perte de maîtrise technique, obsolescence, plus de fournisseur ou manque de matières premières. De nouvelles pièces allégées aux géométries complexes, imprimées en 3D et qui bénéficient de très bonnes propriétés de solidité donc de durabilité car réalisées dans des matériaux innovants. Les équipements seront donc moins lourds à porter et auront une durée de vie supérieure. Par exemple, la production de pièces en structure lattices permet d’alléger un système mécanique tout en conservant voire améliorant sa résistance.  Enfin, l’impression 3D permet de pallier une éventuelle rupture de stock de pièces lors d’un engagement militaire intense qui demande une consommation plus importante que prévue.

Pour résumer, l’impression 3D métallique permet aussi bien de reproduire des pièces existantes pour réparer du matériel, que de créer de nouvelles pièces optimisées apportant une plus-value opérationnelle. La fabrication additive améliore la réactivité de la supply-chain et réduit l’inventaire, les risques d’obsolescence et les coûts globaux.

Produire au plus près des opérations

Le besoin constant des militaires en pièces d’entretien et de réparation pour des équipement lourds sur les théâtres d’opération, engendre des dépenses très importantes. La possibilité d’imprimer rapidement et au plus près de l’action les pièces nécessaires, permet des économies considérables en temps et coûts de production.

 

AddUp répond à un besoin récurrent des industriels de la Défense : fabriquer des pièces de rechange et des outillages directement sur le champ de bataille.

Des engins qui tombent en panne pendant les opérations, des équipements endommagés lors des combats, des réparations impossibles à réaliser en raison d’un outillage manquant… Sur le champ de bataille, le risque qu’un matériel soit indisponible est élevé. La fabrication militaire délocalisée est susceptible de se développer sur le long terme car elle ouvre la voie à de nouvelles approches concernant l’adaptation tactique du matériel militaire.

Dans le contexte des opérations militaires, la fabrication additive permet de déployer de petits lots de grandes plates-formes facilement accessibles aux services armés. Ces « usines mobiles » accessibles dans les bases opérationnelles sont idéals pour rapidement fabriquer des pièces de rechange ou adapter des équipements à proximité du champ de bataille.

Lisez à propos d’une étude de cas de la Marine nationale utilisant le FormUp 350 d’AddUp.

Produire partout…

AddUp est le premier fabricant de machines d’impression 3D métallique à proposer des unités de fabrication additive transportables. Grâce à AddUp Flex Care SystemTM, produisez des pièces à la demande au plus près de vos opérations. Ces unités autonomes en énergie peuvent fonctionner dans les zones les plus isolées et les environnements les plus hostiles. Elles embarquent une ou plusieurs machines de fabrication additive ainsi que des machines de post-traitement, afin de fournir des pièces finies, utilisables immédiatement. L’autosuffisance est sans aucun doute un avantage tactique lors d’opérations militaires car elle réduit en partie les coûts logistiques et la vulnérabilité aux attaques du camp adverse.

Après les conflits armés ou en situation de support aux populations en cas de catastrophe ou de reconstruction, la fabrication additive peut aider les communautés locales en facilitant la réparation et l’entretien du matériel stratégique.

Conclusion

Le secteur de la défense s’intéresse de près aux technologies de fabrication additive : aux différents procédés, à différents matériaux, aux moyens de production, etc. Nombreux sont les avantages tels que la maintenance des véhicules, la réparation de pièces en opération extérieures, mais aussi la production d’objets performants, optimisés, allégés, intégrant de nouvelles fonctionnalités, etc. Les cas d’applications militaires sont nombreux, allant de la recherche jusqu’à la phase de déploiement, avec l’élaboration de prototypes, d’outillages et de pièces fonctionnelles.